Kergus Optique & Nature Optique

Opticiens indépendants


Kergus Optique et Nature Optique : 2 magasins d’optique indépendants pour prendre soin de vos yeux.
Installés tous deux dans les centres villes de Plestin-les-Grèves et de Bégard afin de vous proposer un service de proximité et de qualité. Tenus par des équipes d’opticiens tous diplômés, voulant répondre au mieux à la satisfaction du client.

Kergus Optique et Nature Optique vous offrent le meilleur des verres en travaillant exclusivement avec Essilor.

Nouveau décret

Nouveau décret datant du 12 octobre 2016 modifiant la durée de validité des ordonnances relatives à la délivrance de verres correcteurs ou de lentilles de contact correctrices.
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/...

Horaires d’ouverture

Kergus Optique : du mardi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 19h
Nature Optique : du mardi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 19h
et le samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h

Actualités

  • Le Soleil arrive, pensez à protéger vos yeux.
    Indispensable pour la plage et la montagne, les lunettes de soleil le sont tout (...)
    Lire la suite
  • Libérez le rockeur qui est en vous...
    Nous vous attendons pour venir découvrir notre nouvelle collection 100% rock (Vinyl (...)
    Lire la suite
  • Pour la rentrée, venez découvrir nos nouvelles collections.
    Pour la rentrée venez découvrir nos nouvelles collections Rayban, Julbo, John Lennon et (...)
    Lire la suite

Troubles de la vue

Quelques explications sur les différents troubles visuels :

Astigmatisme, daltonisme, hypermétropie, myopie, presbytie, strabisme... Autant de troubles de la vue et défauts visuels "courants" dont la majorité des porteurs de lunettes ou lentilles de contact sont atteints. Quelques définitions de base pour vous aider à mieux comprendre ces problèmes de vue.

La myopie

La myopie est un trouble visuel qui vous empêche de voir net au loin. Elle se caractérise par un œil trop long ou trop puissant. L’image d’un objet vu au loin est floue car elle se forme en avant de la rétine. Plus la personne est myope, plus elle va rapprocher l’objet de son œil pour le voir net.

Lorsque la myopie est importante, elle se déclare généralement à l’âge de 6 ans. La myopie est évolutive et finit généralement par se stabiliser à l’âge de 30 ans. La myopie peut apparaitre plus tôt lorsqu’elle est congénitale ou néonatale.

A partir de l’âge de 40 ans, la myopie diminue au profit de la presbytie qui s’installe et vous permet de voir plus longtemps net de près sans vos lunettes.

La myopie est liée à l’hérédité et à nos habitudes quotidiennes. Généralement, lorsqu’un des deux parents est myope, il est préconisé de dépister la myopie éventuelle chez l’enfant.

Dans la société actuelle, nos habitudes visuelles sollicitent beaucoup la vision de près notamment sur écran et induisent fréquemment une faible myopie.

Les personnes myopes sont corrigées par des verres correcteurs divergents c’est-à-dire négatifs afin de diminuer la puissance de l’œil. On a toujours tendance à sous corriger l’œil myope pour reposer son accommodation.

La presbytie

A partir de 40 ans, notre capacité d’accommoder assurée par le cristallin diminue. On devient presbyte. On le réalise à partir du moment où on éloigne le livre qu’on lit pour voir net. La vision de près n’est plus nette. La mise au point ne se fait plus comme avant à cause de la perte d’élasticité des tissus de l’œil.

Pour les presbytes, les verres correcteurs les plus connus sont les verres progressifs. Mais il existe également les verres mi-distance qui vous permettent de voir net de près et en vision intermédiaire c’est à dire la distance où est placé votre ordinateur.

Il y a également l’option des verres correcteurs pour voir uniquement de près. Les lunettes vous sont prescrites par votre ophtalmologiste en fonction de vos besoins visuels et l’usage que vous en faites.

L’astigmatie

L’astigmatisme est un défaut visuel qui induit une vision déformée. Un œil astigmate se caractérise par la déformation de la courbure de la cornée ou du cristallin. L’œil astigmate a une forme ovale tel un ballon de rugby au lieu d’être sphérique c’est à dire ronde comme une balle de tennis.

La vision de l’astigmate est déformée de près comme de loin. L’astigmate parvient difficilement à distinguer les lettres comme le P et le F, le M et le H.

L’astigmatisme varie très peu et se quantifie par la valeur du cylindre et est orienté suivant un axe.il se combine aussi bien avec la myopie qu’avec l’hypermétropie.

L’astigmatisme n’est pas forcément compensé par des lunettes quand il est faible.

Lorsque l’astigmatisme est corrigé, le verre correcteur est dit torique.

L’hypermétropie

L’hypermétropie est un trouble visuel caractérisé par un œil trop court ou pas assez puissant. L’image d’un objet se forme en arrière de la rétine. L’œil hypermétrope voit mieux de loin que de près.

Un sujet hypermétrope ne porte pas forcément de lunettes. En effet, une personne qui est faiblement hypermétrope va faire l’effort accommodatif nécessaire pour ramener l’objet sur la rétine et le voir net. C’est pour cette raison qu’un hypermétrope a généralement, en fin de journée, les yeux qui tirent, des maux de tête qui sont les symptômes de la fatigue oculaire occasionnée par un effort permanent. A partir de 40 ans, la capacité d’accommoder du cristallin diminue et oblige les hypermétropes à porter des lunettes pour voir net.
Lorsque l’hypermétropie est importante, elle apparait chez l’enfant et s’accompagne d’un strabisme.

Les personnes hypermétropes sont corrigées par des verres correcteurs convergents c’est-à-dire positifs afin d’augmenter la puissance de l’œil.

Le strabisme

Le strabisme est un parallélisme entre les yeux, lié à undéfaut visuel (myopie, hypermétropie, astigmatisme) différent entre les deux yeux, ou à une anomalie de l’un des muscles assurant les mouvements des yeux. Il est souvent présent dès la naissance, ou apparaît quelques semaines après. Il peut aussi survenir jusqu’à l’âge de 5 ou 6 ans. Ce défaut visuel est très fréquent : il touche près de 4% des enfants !
Il existe différents types de strabisme : strabisme convergent, strabisme divergent ou strabisme vertical. Le strabisme convergent est celui que l’on appelle familièrement « loucherie » : on dit d’une personne atteinte de strabisme convergent qu’elle « louche ». Contrairement aux défauts visuels comme la myopie, l’hypermétropie ou l’astigmatisme, le strabisme d’une personne est souvent visible de ses interlocuteurs : les deux yeux semblent ne pas « aller dans la même direction ».

Au-delà de l’aspect esthétique, la visibilité du strabisme permet d’alerter les parents sur la nécessité de consulter. En effet, le strabisme est le plus souvent normal chez un enfant de moins de 6 mois. Mais s’il persiste au-delà de cet âge, il faut consulter un ophtalmologue pour le corriger et ainsi éviter de provoquer d’autres problèmes plus importants comme une amblyopie.
Car lorsqu’un enfant louche, il peut voir double, un phénomène appelée « diplopie ». Pour éviter cela, il utilise plus son œil ayant la meilleure acuité, neutralisant et ignorant ainsi la deuxième image, de qualité moindre. Le danger est alors que l’œil inutilisé perde gravement la vision des détails et développe une amblyopie, pouvant avoir des répercussions importantes sur le développement de l’enfant. Mais le plus souvent, un enfant sera incapable de se plaindre d’une vision double, car pour lui, cette vision est la seule qu’il connaisse !
Source : http://www.lesopticienslibres.com

Le daltonisme

Une anomalie de la perception des couleurs : un daltonien dichromate ne voit que deux couleurs, un monochromate voit en noir et blanc, un trichromate anormal perçoit mal le rouge, le vert ou le bleu. La rétine est composée de photorécepteurs qui permettent la vision de jour et des couleurs (les cônes) et la vision de nuit (les bâtonnets). Le nombre et la nature des cônes dont dispose une personne détermine sa vision des couleurs. Le daltonisme est une maladie génétique irrémédiable surtout masculine. Son dépistage précoce est important pour permettre aux personnes atteintes de s’y adapter.
Source : AlloLunettes.com

La basse vision

La basse vision, ou malvoyance, est définie par le fait que la déficience visuelle ne peut pas être corrigée entièrement par un équipement visuel tel que des lunettes « classiques ». On estime que 3 millions de français souffrent d’une telle déficience visuelle.
Il existe 5 catégories, définies par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), qui permettent de définir le niveau de déficience visuelle, selon la perte d’acuité et la diminution du champ visuel.
Les catégories 1 et 2 recouvrent la basse vision, la malvoyance mais aussi l’amblyopie. Les personnes ont du mal à percevoir formes et détails mais gardent une partie de leurs capacités visuelles. Des solutions appelées aides optiques ou aides visuelles peuvent les aider dans certaines situations, comme des loupes très grossissantes pour la lecture. La rééducation orthoptique permet aussi de conserver les capacités visuelles restantes, afin de rester autonome dans les tâches du quotidien. Les catégories 3 à 5 recouvrent les déficiences visuelles plus profondes, allant jusqu’à la déficience visuelle totale, c’est-à-dire la cécité absolue.
Les causes de la basse vision sont nombreuses : maladies visuelles (glaucome, cataracte…), dont certaines sont liées à l’âge comme la DMLA ; malformations congénitales ou maladies génétiques (albinisme par exemple) ; maladies affectant entre autres les yeux comme le diabète (ce qui entraîne une rétinopathie diabétique)… Sans oublier les accidents qui peuvent endommager les yeux de façon grave et irréversible.
On peut souffrir de basse vision à tout âge, mais les personnes âgées sont plus atteintes. Or, avec l’augmentation de l’espérance de vie, le nombre de seniors dans les pays occidentaux augmente lui aussi. En toute logique, les problèmes de basse vision liés à l’âge augmentent eux aussi. Mais certaines déficiences dues aux maladies visuelles pourraient être évitées avec un dépistage précoce. Alors pour conserver une bonne vue le plus longtemps possible, on met toutes les chances de son côté avec des dépistages fréquents chez son ophtalmologue !
Source :http://www.lesopticienslibres.com